Tendances du marché immobilier parisien pour 2017

Actualité immobilière

Paris est la plus grande agglomération de la France,  et le marché de l’immobilier joue un rôle prépondérant dans l’économie française. Effectivement, il est responsable de plusieurs activités économiques dont les banques sont les centres, les investisseurs, les agences immobilières, etc. L’immobilier est ainsi un pilier du système économique parisien.

Actualité immobilière de Paris

Paris est le premier acteur économique de la France. Elle présente tous les atouts pour que le marché de l’immobilier soit en croissance proportionnellement avec son économie. Paris est l’une des villes qui a accès au monde. C’est une destination inévitable pour le tourisme. La ville  est aussi une véritable aubaine pour le marché de l’immobilier grâce aux appartements et logements qui comptent plus de 1 million et dont 10 % restent vacants selon les statistiques. Ce sont le 13e, le 19e et le 20e arrondissement qui regroupent la moitié de ces logements, majoritairement des logements sociaux qui ne comptent pas plus de 2 chambres. En outre, les agences immobilières misent aussi beaucoup sur les secteurs tertiaire et secondaire. En effet, les périphéries de la ville sont bordées par plusieurs quartiers d’affaires dont la location des bureaux est prisée.

D’un autre côté, le domaine de l’industrie se développe et le besoin en bâtiments de service s’accroit. L’offre de logement dans ce domaine est une véritable opportunité pour les agences immobilières.

Le coût de l’immobilier de prestige ou de luxe, exceptionnellement dans les grandes villes comme Paris, peut atteindre 13 000 € / m2.

Actualité immobilière  de 2015 et 2016

Le marché de l’immobilier de Paris comme dans toute la France suit des tendances de croissance et décroissance initiées par les banques. Quand les taux d’intérêt des banques diminuent, le nombre d’investissements dans l’immobilier augmente et les prix de l’immobilier baissent, provoquant l’augmentation des achats et location. La croissance et la décroissance du marché sont donc essentiellement manœuvrées par les banques. De 2015 jusqu’à maintenant, les banques ont affiché une baisse de taux d’intérêt de 20 % ce qui a permis une hausse des ventes de 15 %.

Actualité immobilière pour 2017

Outre l’influence considérable de la banque, le revenu des acheteurs est non négligeable et est lié à leurs capacités à rembourser les prêts. Pour éviter que la bulle éclate, les banques pourraient augmenter leurs taux d’intérêt ce qui va entrainer le recul du marché de l’immobilier, mais ce taux pourrait redescendre si la demande augmente.