L’investissement immobilier en 2018

investissement immobilier

Perspectives de l’immobilier en 2018

En attendant le projet de loi logement, devant entrer en vigueur en mars 2018, des mesures sont déjà effectives : suppression progressive de la taxe d’habitation, dispositif Pinel prolongé dans certaines zones, prêt à taux zéro conservé pour le neuf, avantages fiscaux pour ventes de terrains constructibles, APL diminuées, création de l’impôt sur la fortune immobilière et taxation des PEL et CEL.
Concernant le marché immobilier de l’ancien, la hausse des prix perdure dans les grandes villes. A Paris, les prix vont même atteindre des records : + 10 % en un an. On note des écarts de prix de 50 % entre la capitale et sa périphérie et des prix très disparates d’une ville à une autre.
La construction de logements est à nouveau au beau fixe depuis deux ans. Le nombre de permis de construire a augmenté de 12 % en un an. L’Ile-de-France a même connu une progression de 25 % pour cette même période.
Le domaine du neuf est en bonne santé également puisque les ventes de logements neufs ont progressé de 5,3 % en un an.
Les taux de crédit sont, quant à eux, relativement stables.

Bien préparer son projet immobilier

Il s’agit, dans un premier temps, de déterminer sa capacité d’emprunt puis de lister les critères relatifs à ses besoins (surface, localisation …). Suivant ces critères, il faut effectuer la recherche du prix au mètre carré appliqué en se renseignant sur internet ou auprès d’experts en immobilier ou de notaires.
Il est préférable d’avoir un apport personnel pour acquérir un bien immobilier. Le Plan d’Epargne Logement (PEL) et le Compte Epargne Logement (CEL) constituent des placements conçus tout particulièrement pour se composer un apport personnel et profiter d’un prêt d’épargne logement à des conditions avantageuses.
En sus de l’apport personnel, la somme empruntable dépend des revenus et du niveau d’endettement. Le niveau d’endettement est le rapport entre les mensualités d’emprunt et les diverses charges régulières. Ce coefficient doit être inférieur ou égal à 30 %.
Les dépenses annexes doivent être précisément évalués : frais de l’agence immobilière, coût du déménagement, raccordements à prévoir, charges de copropriété, assurances et taxes diverses.

Faire appel à une expertise immobilière

Une expertise immobilière sert à fixer la valeur d’un bien immobilier suivant divers facteurs : techniques, automobiles ou encore juridiques. Elle est différente d’un avis de valeur. L’expertise immobilière nécessite une visite complète de l’habitation en question ainsi que de ses équipements.
Cette expertise implique que l’expert, qui la réalise, dispose de certaines informations et documents relatifs au bien. Elle doit inclure un descriptif de la méthode de calcul employée et des critères de choix aboutissant aux valeurs retenues.
La valeur vénale équivaut au prix auquel un bien immobilier peut être vendu au moment de l’expertise, par un vendeur souhaitant vendre dans des conditions correctes et du domaine de l’offre et de la demande. Ceci exige la liberté de décisions des parties, la concrétisation de la transaction dans un délai correct et enfin la mise en place de diligences cohérentes pour la visualisation du bien sur le marché.